Carole Matthieu

2016
|
87 minutes
|
Couleur
Affiche du film Carole Matthieu Médecin du travail à Melidem, une entreprise de télévente aux techniques managériales brutales, Carole Matthieu est témoin de la détresse des salariés harcelés. Bouleversée par leur sort, elle tente en vain d'alerter sa hiérarchie sur les conséquences de ces pratiques, qui ont déjà poussé un employé au suicide. C'est alors que Vincent, un employé dont elle suit depuis des années la descente aux enfers, la supplie de l'aider à en finir. Elle décide de contraindre les dirigeants à revoir leurs méthodes…

Casting

Rôle : Carole Matthieu
Rôle : Christine Pastres

Date de sortie

07/12/2016

Genre

Nationalité

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Pour donner plus de sens à son travail, Carole Matthieu (Isabelle Adjani) a quitté son cabinet de généraliste pour devenir médecin du travail dans une grande entreprise de vente par téléphone. Depuis sept années, elle absorbe la souffrance des autres et la recueille scrupuleusement dans l’espoir de faire éclater ce scandale humanitaire. Lorsqu’un employé, cassé par les techniques modernes de management, se suicide, l’entreprise est momentanément ébranlée...

Âpre immersion dans l’enfer moderne du travailleur précaire subissant non plus des conditions matérielles de travail difficiles mais une violence psychologique des plus sournoises, Carole Matthieu ne peut pas laisser indifférent. Adoptant le point de vue d’une médecin du travail, le film insiste sur la difficulté pour quiconque, soit-il travailleur social ou syndicaliste, de faire bouger les choses au sein d’une entreprise devenue élément négligeable au sein d’un système mondialisé. Il met également en lumière l’enjeu du langage dans notre économie tertiarisée.

On retiendra donc les mots que la vendeuse rôdée veut garder siens alors qu’on lui impose un discours préfabriqué mais scientifiquement étudié pour maximiser les ventes ; les témoignages poignants des employés qui se confient à leur médecin mais refusent les arrêts maladie de peur de perdre leur travail ; la novlangue, enfin, du communicant parisien qui réussit à tirer parti de l’horreur pour renforcer l’allégeance à l’entreprise, de sorte que le facteur humain ne ralentisse pas trop longtemps la course au profit…

Un film terrible et nécessaire sur l’ultramoderne souffrance au travail.

F.L.

Publié le 03/03/2017
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter Instagram

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.