Nocturama

2016
|
130 minutes
|
Couleur
Affiche du film Nocturama A Paris, de nos jours, des jeunes gens déambulent dans le métro et dans les rues de la capitale. Chacun d'entre eux accomplit des tâches aussi précises que mystérieuses, répondant à des messages cryptiques reçus sur leurs téléphones portables. Soudain, plusieurs bombes explosent dans Paris. Les jeunes gens, parmis lesquels David, Yacine, Sabrina, Mika, Sarah et Omar, se retrouvent à la nuit tombée dans un grand magasin. Avec la complicité d'un vigile, ils entrent dans le bâtiment fermé au public. Pendant ce temps, la panique a envahi la ville et les politiques se perdent en conjectures...

Casting

Rôle : Yacine
 

Date de sortie

31/08/2016

Genre

Nationalité

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Nocturama est un reflet de l’époque. De la révolte qui couve, mais surtout de l’absence de grand projet fédérateur à opposer au vide des perspectives politiques. Des dix adolescents que Bertrand Bonello met en scène, un seul semble avoir des références théoriques solides. Il subjugue ses compagnons en leur synthétisant ce qu’il a retenu de ses cours de science politique. Pour lui, l’Histoire est une succession de phases de décadence et de renaissance. Et puisque le phénix de la civilisation renaît toujours de ses cendres, il faut mettre le feu. Sur cette nécessité-là, tous sont d’accord. C’est ensuite que les choses se compliquent. Réunis après leurs missions respectives dans le grand magasin où ils se cachent, on découvre qu’ils n’étaient qu’un faux collectif. Le chacun pour soi reprend immédiatement ses droits, sous le signe de l’errance. Loin de rejeter les produits de l’industrie du divertissement, pourtant clé de voûte de la fabrication du consentement, ils révèlent leur complicité avec le monde auquel ils ont attenté. Le cerveau de l’équipe lui-même se prend à douter d’avoir agi par lucidité politique. Devant ces jeunes gens hagards, ployant sous le poids de leur impuissance, la violence qu’ils ont déchaînée nous apparaît alors pour ce qu’elle est : un appel au secours lancé par une jeunesse désespérée.

F.L.

Publié le 03/03/2017
Vous avez aimé cet article ? Nous avons besoin de vous pour faire vivre ce site. Soutenez-nous en faisant un don.
Abonnez-vous à notre page Facebook et suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.