Affiche du film Indes galantes
Affiche du film Indes galantes

Indes galantes

2020 108 minutes Couleur 23 juin 2021
Tous publics

Un film de Philippe Béziat

A l'Opéra de Paris, 30 danseurs de krump, break, popping et voguing sont réunis pour réinventer Les Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau. Un défi et une première pour le metteur en scène Clément Cogitore et pour la chorégraphe Bintou Dembélé. Le documentaire suit les répétitions jusqu'à la première sur scène...

A l'Opéra de Paris, 30 danseurs de krump, break, popping et voguing sont réunis pour réinventer Les Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau. Un défi et une première pour le metteur en scène Clément Cogitore et pour la chorégraphe Bintou Dembélé. Le documentaire suit les répétitions jusqu'à la première sur scène...

Autour du film

Le film poursuit l’intention première de la mise en scène, à savoir celle de déconstruire les stéréotypes. Danse urbaine et chant lyrique se côtoient, dialoguent en harmonie, pour créer un évènement nouveau et inédit pour l’Opéra de Paris. Sur scène, ce sont des jeunes danseurs de tous horizons qui viennent interroger les rapports entre deux mondes, celui de la ville et de l’Opéra, ce dernier n’ayant jamais ouvert ses portes d’une telle manière. L’accueil mitigé des journalistes contraste avec l’enthousiasme du public, et la fonction du film est ici celle de venir prolonger l’euphorie de la représentation, tout en révélant le long travail fait en amont.

La caméra de Philippe Béziat nous conduit dans les coulisses de l’Opéra, offrant au spectateur un accès privilégié à ce monde habituellement clos. C’est au travers du regard des danseurs que le film avance, rendant compte d’un important travail qui a duré deux ans et d’une expérience collective rythmée et touchante. Le corps magnifié est au centre de l’image, et la danse lui confère une dimension spectaculaire qui fait vibrer le spectateur autant qu’il l’émeut. Intelligence et sensations se mêlent alors, pour aboutir à un saisissement presque magique. La dernière entrée de l’opéra de Rameau, « Les Sauvages », relève ici de l’émerveillement et de l’étonnement, grâce à une parfait symbiose entre les artistes, chanteurs, danseurs et musiciens.

Philippe Béziat réalise ici un film musical qui ne parle pas de musique, mais qui se sert de cette dernière comme matière d’un projet cinématographique, et montre les artistes au travail. Il joue avec la forme, intégrant dès l’ouverture des vidéos que les danseurs ont eux-mêmes tournées pour leurs réseaux sociaux, des stories en format portrait où ils s’adressent directement à leurs followers. Leur vie ne se limite pas à l’Opéra, elle se poursuit en dehors. Cette recherche d’authenticité à la fois de l’image et de la parole permet ainsi de renforcer les liens entre l’œuvre et la vie, entre l’art et le réel. Le documentaire montre brillamment cette rencontre et fait du cinéma un art qui se nourrit avant tout du monde réel.

Un film à voir sur grand-écran, pour la beauté de l’opéra et du cinéma, et surtout pour la beauté de l’art.

Camille Villemin

Réalisateur
Distribution
Nationalité

Générique

Réalisateurs

Photos

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter