Après avoir raconté l’enfance de Jeanne d’Arc sous forme d’une comédie musicale dans Jeannette, Bruno Dumont continue son étude de la Pucelle en s’intéressant cette fois à ses dernières années, de la bataille d'Orléans jusqu'à son procès à Rouen. Cette récente obsession pour l’héroïne de France est dans la lignée du tournant tragi-comique qu’a pris la carrière du cinéaste nordiste depuis Ma Loute, un cinéma totalement décalé, parfois opaque dans ses motivations (Bruno Dumont n’a cessé de clamer son athéisme), avec des comédiens non professionnels qu’il dirige en direct depuis le plateau grâce à un système d’oreillettes.