Affiche du film Killing Ground
Affiche du film Killing Ground

Killing Ground

2016 88 minutes Couleur
-12 ans

Un film de Damien Power

Décidés à passer un nouvel an romantique dans la nature sauvage d’un parc national australien, Ian et Samantha découvrent que leur endroit de prédilection est déjà pris par une autre tente visiblement inoccupée. Au petit matin, il n’y a toujours aucune trace des voisins. Cette étrange disparition cache un lourd secret qui risque d’être fatal au jeune couple.

Décidés à passer un nouvel an romantique dans la nature sauvage d’un parc national australien, Ian et Samantha découvrent que leur endroit de prédilection est déjà pris par une autre tente visiblement inoccupée. Au petit matin, il n’y a toujours aucune trace des voisins. Cette étrange disparition cache un lourd secret qui risque d’être fatal au jeune couple.

Autour du film

Le film est disponible sur E-cinema.com : https://www.e-cinema.com/film/killing-ground

Des Rednecks s’attaquent à des citadins venus camper… Le scénario semble écrit de fil blanc quand on connaît le cinéma d’horreur américain ou australien. Cependant Killing Ground ne nous raconte pas cette histoire de la manière habituelle, le film privilégiant la psychologie et le naturalisme aux effets-chocs, pour créer l’effroi chez son spectateur.

Dans Killing Ground, le cinéaste ne recourt pas à de pesants dialogues pour faire avancer son récit. Il privilégie en effet une mise en scène simple en apparence où les cadres sont toujours lisibles et exploitent parfaitement le décor. Killing Ground n’est pas un « torture porn »  à la Hostel car son metteur en scène Damien Power recourt au hors champ afin de stimuler l’imagination du spectateur et augmenter la tension dans les scènes horrifiques. Pas d’esthétisation ni de voyeurisme dans les exécutions entraperçues dans le film, les meurtres sont le plus souvent expédiés par nos deux tocards qui n’ont pas de respect pour la vie humaine. La mort est vue ici comme une injustice qui met fin à des vies faites de rencontres qui sont soudainement stoppées par une balle dans la tête. Cette idée est développée par le biais d’un montage qui mixe plusieurs temporalités qui nous permettent de découvrir les différentes victimes en train de camper avant de rencontrer les deux tueurs.

Plutôt original dans le cinéma d’horreur, ce souci de réalisme est particulièrement visible dans les réactions des personnages face aux tueurs.  Le réalisateur semble ici s’être questionné sur les réactions possibles d’un quidam dans ce type de situation, nous montrant des êtres terrifiés qui  font parfois preuve de lâcheté afin de survivre.

Cependant, le film a quelques lacunes. En premier lieu, le protrait de notre duo de tueurs n’est pas assez développé. Alors que Killing Ground, se voudrait réaliste, les grands méchants du film sont vraiment des clichés maintes et maintes fois vus dans le cinéma d’horreur. Si le film présente un certain intérêt dans son traitement, son scénario ne réserve aucune surprise à ceux qui ont déjà vu un survival, genre quand même très présent sur nos écrans depuis Délivrance en 1972.  De la même manière, il a quelques soucis spatiaux dans le film, les personnages faisant en deux minutes un trajet qui nécessitait une heure auparavant.   

Un essai pas forcément concluant de la part d’un jeune réalisateur. Pour autant, le film est suffisamment original dans son approche de la mort dans le cinéma d'horreur pour mériter un visionnement.

Mad Will

À voir sur E-cinema.com : https://www.e-cinema.com/film/killing-ground

 

Réalisateur
Distribution
Nationalité

Casting

Photo de Harriet Dyer
Photo de Ian Meadows
Photo de Aaron Pedersen

Générique

Réalisateurs

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter