Sans un bruit

A Quiet Place

|
90 minutes
|
Couleur
Affiche du film Sans un bruit En 2020, l'humanité a été presque entièrement décimée par des créatures aveugles mais douées d'une ouïe surpuissante. Lee Abbott, son épouse Evelyn, leur fille sourde Regan et leurs fils Marcus et Beau tentent de survivre avec des provisions trouvées dans une ville désertée. La famille communique grâce à la langue des signes et ce faisant, parvient à faire le moins de bruit possible et à ne pas attirer les créatures. Mais un jour, Beau, 4 ans, active un jouet bruyant que sa soeur lui a donné, et se met donc en danger. Il est attaqué. Un an plus, Regan se sent toujour responsable de la mort de son frère, Evelyn va bientôt accoucher et Lee tente, sans succès, de fabriquer une radio pour entrer en contact avec le monde extérieur...

Réalisateur

Date de sortie

20/06/2018

Genre

Nationalité

Etats-Unis

Classification

-12 ans

Acteurs

Rôle : Evelyn Abbott
Rôle : Marcus Abbott

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Naissance d’un auteur ?

Autant les deux premiers films en tant que réalisateur de John Krasinski n’avaient pas enthousiasmé la critique (La famille Hollar est disponible en VOD) autant Sans un bruit apparaît comme un film très recommandable au regard de son originalité, quand bien même nous pouvons noter quelques incohérences dans le scénario.

En 2020 le monde est à la merci d’aliens qui déciment la population. Originalité : ils sont aveugles et sans odorat, mais ont une ouïe surdéveloppée. Plus dangereux et rapides que les zombies, ces monstres à la croisée de l’Alien et du Predator semblent indestructibles. Les références au cinéma dans le long-métrage sont multiples et discrètes, à l’instar d’une scène en sous-sol qui rappelle furieusement La guerre des mondes de Spielberg.

Le synopsis est simple : Le film suit la survie d’une famille de la campagne américaine dont les parents sont interprétés par le couple, à la ville comme à l’écran, John Krasinski et Emily Blunt.

Sans y voir jusqu’à la métaphore d’une société dans laquelle la parole est de plus en plus critiquée, censurée, il est indéniable que ce film est à contre-courant du cinéma d’horreur contemporain qui abuse des effets sonores stridents et des « jump cut » (deux plans dont les cadrages sont proches qui donnent une sensation de saut sur place).

Une heure trente sans un bruit (ou presque) donc, pendant laquelle le scénario est obligé de prendre de l’épaisseur, ne pouvant s’appuyer sur les effets susnommés. Nous assistons pendant le prologue à la mort d’un des enfants due à son appétence pour un jouet électronique (société de consommation). Le long métrage met en avant la nécessité de réinventer un nouveau langage dont la finalité est l’accouchement non sans douleur, mais sans un cri d’un nouvel être qui sera le premier de cette nouvelle société pour laquelle se sera sacrifié le géniteur.

L’homme moderne privé des bruits de la nature n’est plus capable de vivre dans un silence propice à la réflexion. Une nouvelle société est à construire par-delà la pollution sonore imposée par les machines (au premier rang desquels trônent les moyens de transport) ou par nous-même avec nos écouteurs en permanence rivés aux oreilles qui excluent les autres. C’est dans ce cadre que le moment où l’homme et la femme partagent un morceau de Neil Young est un vrai bonheur. La musique retrouve son prix, celui d’un moment volé, privilégié, et non plus une bouillie en fond sonore.

D’autre part, et sans vouloir divulgacher la fin, il est intéressant de noter que les femmes ont au final le premier rôle. C’est l’association mère fille qui fait avancer le récit. Doté d’une lucidité défaillante, l’homme avait entre ses mains toutes les données pour lutter contre les aliens, mais qu’il n’a pas su s’en servir, au contraire de son épouse et fille. Nous sommes loin donc de l’archétype du héros testostéroné, voir de l’héroïne mutée en warrior, puisque la femme est montrée comme épouse et mère cherchant avant tout à protéger sa famille et inquiète pour elle, tout en utilisant un minimum de pathos, et sans hurlement de terreur à répétition, sujet oblige.

Quant à la forme, il faut saluer un travail intéressant sur la lumière, le film alternant les scènes de nuit et de jour, d’intérieur et d’extérieur, et surtout un cadrage parfait couplé à une réelle souplesse du mouvement de caméra. Que cela soit dans les scènes de poursuite ou dans celles d’attente, le sujet est toujours mis en valeur, visible, lisible, le tout étayé d’un découpage efficace.

Espérons que son prochain film continuera dans cette voie, ne laissant pas Sans un bruit n’être qu’un pas de côté.

L.S.

Publié le 28/06/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.