La Révolution silencieuse

Das schweigende Klassenzimmer

|
111 minutes
|
Couleur
Affiche du film La Révolution silencieuse En octobre 1956, l'insurrection de Budapest contre le pouvoir soviétique marque les esprits et notamment celui de lycéens Kurt, Théo et Léa, des jeunes allemands de l'est vivant à Stalinstadt. Alors qu'ils s'apprêtent à passer le bac, ils décident, avec 16 autres élèves, de soutenir le mouvement à leur façon, en faisant une minute de silence au début de leur cours d'histoire. Cet acte de rébellion va coûter très cher. Le corps professoral se ligue contre eux et le ministère de l'éducation intervient. Le groupe tente de rester soudé mais la pression des autorités devient de plus en plus forte...

Réalisateur

Date de sortie

02/05/2018

Genre

Nationalité

Allemagne

Distribution

Classification

Tous publics

Acteurs

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Ce film « inspiré d’une histoire vraie » est l’adaptation d’un livre écrit par Dietrich Garstka, l’un des protagonistes des évènements qui y sont relatés. En effet, La révolution silencieuse de Lars Kraume raconte l’histoire d’un élan de solidarité envers la révolution hongroise de 1956 par les élèves d’une classe de terminale dans la République Démocratique Allemande. Cette solidarité se traduira par l'effectuation d’une minute de silence au début d’un cours. Mais cette décision sera lourde de conséquences, au point de devenir une affaire d’État.

Une des choses les plus intéressantes dans le film est le traitement de l’information. Le spectateur, connaissant la vérité historique, est à même de juger du degré de fausseté et de volonté de propagande des sources d’informations venant des gouvernements allemands. Soit la voix officielle du gouvernement de l’Est, soit la radio de Berlin Ouest (interdite d’écoute à l’Est mais néanmoins captable). Le constat est sans appel à la vision du film : dans notre société « moderne » nous en sommes au même point. L’esprit critique doit toujours (sinon plus, vu la quantité et les variétés des sources d’information) être le premier souci face à tout discours. Partager ce que l’on lit, voit ou entend sans discernement ni réflexion participe à la désinformation. La propagande était certes plus brutale à l‘époque où se déroule l’histoire de La révolution silencieuse, mais le fait qu’elle soit aujourd’hui plus insidieuse n’enlève rien à sa dangerosité pour l’esprit naïf.

Le deuxième thème traité dans ce film est celui de la solidarité. En effet, la minute de silence n’a pu avoir lieu que parce que tous les élèves se sont mis d’accord. Même ceux qui au départ étaient contre ont respecté la volonté majoritaire. Au fur et à mesure du déroulement du film, la solidarité entre les élèves ne révèlera aucune faille face aux pressions (chantage, mensonges, tentatives de manipulations diverses) de la part des parents (qui peuvent aussi devenir à leur tour victimes), des enseignants, de l’administration du lycée ou directement de la classe politique et du gouvernement est-allemand.

Enfin et pour donner du piquant à l’intrigue, le réalisateur a choisi de mettre en avant une histoire d’amour et de trahison qui s’intègre fort bien au récit, humanisant les personnages et leur faisant dépasser leur rôle d’actant.

Un film historique très agréable à suivre et essentiel pour la compréhension de notre monde actuel.

L.S.

Publié le 23/04/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.