Un jour ça ira

90 minutes
|
Couleur
Affiche du film Un jour ça ira En 2013, l'association Aurore se voyait confier l'occupation temporaire des anciens locaux de l'INPI, au 26 bis rue de Saint-Pétersbourg, afin d'y héberger et d'accompagner des familles sans domicile, rejointes plus tard par des demandeurs d'asile évacués de campements parisiens. Pendant de longs mois, les réalisateurs ont posé leurs caméras dans ce centre d'hébergement d'urgence et côtoyé ses habitants. On y croise Ange et de Djibi qui apprennent à écrire, à lire et même à chanter. Mais comme tous les autres, ces «serial déménageurs» attendent d'avoir un jour, un domicile bien à eux...

Date de sortie

14/02/2018

Nationalité

France

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Un jour ça ira est un film sur le centre d’hébergement d’urgence « l’Archipel » situé à  une minute de la Place de Clichy et cinq minutes de la gare Saint Lazare. Près de 300 personnes, dont 70 enfants vivent dans cet ancien couvent du 19ème siècle mis à disposition par l’État pour abriter des familles à la rue, souvent composées d’une mère et de ses enfants.

C’est pour faire connaître ce lieu unique que les réalisateurs Stan et Edouard Zambeaux ont pris leur caméra et offrent aux spectateurs un documentaire édifiant sur ces habitants du 115, comme ils se surnomment entre eux en référence au numéro d’urgence du Samu social.

La caméra suit en particulier deux enfants, Djibi qui vit avec sa mère et Ange seule avec son père . Ils font partie des nombreux enfants accueillis dans le centre qui guideront le spectateur dans la visite du centre d’hébergement. En dehors de l’école, des activités sont proposées à l’Archipel, en particulier un atelier d’écriture et de chant dans lequel les adolescents pourront s’exprimer. Se raconter, c’est aussi s’approprier son destin. Grâce à l’atelier, nos jeunes ados reprennent confiance en eux, de ce qu’ils sont capables de faire, et ne cessent de nous émerveiller. Nous applaudissons aussi les encadrants qui donnent leur énergie pour que les personnes accueillies se sentent respectées et qu’il leur soit permis de faire beaucoup mieux que « survivre ». En effet il n’est pas facile comme le font ici les travailleurs sociaux de réussir à agréger ainsi des initiatives et des énergies.

Un jour ça ira est donc un film qui fait chaud au cœur. Une réalisation qui donne foi en l’humanité tout en combattant la morosité ambiante. Nous ne voyons plus des êtres en déshérence, mais des artistes, poètes, chanteurs, slameurs, danseurs, et cela dans un contexte très difficile où ils ne savent pas ce que le lendemain leur réserve. Une formidable leçon d’espoir et d’humanité.

L.S.

Publié le 09/02/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.