Takara, la nuit où j'ai nagé

78 minutes
|
Couleur
Affiche du film Takara, la nuit où j'ai nagé Takara, six ans, sèche l’école pour montrer un dessin à son père poissonnier, qui travaille trop tôt pour qu’il puisse le voir le matin. Le petit garçon traverse les montagnes enneigées, fait des kilomètres à pied, en train, en voiture, et dans plusieurs états physiques, de la joie des jeux dans la neige au sommeil profond...

Date de sortie

02/05/2018

Genre

Nationalité

France

Distribution

Classification

Tous publics

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

   On avait laissé Damien Manivel dans un Parc. On le retrouve au Japon en compagnie du réalisateur natif Kohei Igarashi, dans un film muet, chaplinesque. Même si le moyen-métrage aurait largement suffi au déploiement des aventures d’un petit habitant d’Aomori (Takara Kogawa), ville maritime du Nord du Japon, Takara conserve le style très visuel de Damien Manivel et y ajoute la facétie et l’amour du cadre bien fait de Kohei Igarashi. Suite de situations cocasses et attendrissantes arrivant à son petit protagoniste en combinaison courte, cette co-réalisation transnationale n’est pas sans rappeler Le Voyage au Groenland de notre Sébastien Betbeder national par sa ligne claire délibérément naïve et bédéphile. Un petit délice de poésie burlesque à la sauce nippone.

F.L.

Publié le 13/02/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.