Mutafukaz

90 minutes
|
Couleur
Affiche du film Mutafukaz A Dark Meat City, ville ravagée par un tremblement de terre, le crime et la pollution, les gangs s’affrontent en permanence. Angelino et Vinz, deux amis inséparables, partagent un meublé crasseux et vivotent entre combines et petits boulots. Angelino, victime d’un accident sur son scooter de livreur de pizzas, est soudain pris d’hallucinations : il «voit» de dangereuses ombres sortir de certains passants qu’il croise dans la rue. Pour lui, c'est le début des ennuis, alors qu'ils croisent des hommes en noir, une fille à papa en quête d’émancipation, un chef de gang qui cite Shakespeare, de vieux catcheurs devenus justiciers...

Date de sortie

23/05/2018

Nationalité

France - Japon

Distribution

Classification

Non renseigné

Critique de la rédaction

Notre critique CCSF

Adapté d’une bande dessinée française de Guillaume « Run » Renard sortie en 2006, ce film produit par Ankama studio a reçu le prix du jury jeune et de la meilleure musique originale au festival de Gerardmer.

Réalisé par l’auteur de la BD lui-même et Shojiro Nishimi, Mutafukaz a remporté un grand succès au Japon et devrait selon toute logique mobiliser les amateurs d’animation tant sa qualité artistique et scénaristique sont indéniables.

Ce qui frappe de prime abord à la vision du film, ce sont les superbes décors fourmillants de détails dans lesquels évoluent les personnages. On retrouve la patte des studios 4°C que nous avions déjà admirée dans le film Amer Beton de 2006. À noter que, technique exceptionnelle de nos jours, Mutafukaz a été dessiné et coloré entièrement à la main, et cela se voit ! De plus, les mouvements de caméra, très maitrisés, donnent une atmosphère unique à cette œuvre, plus proche du film live que de l’animation. Les réalisateurs ont donc réussi le tour de force d’allier les qualités de la plupart des techniques possibles en animation pour aboutir à ce petit bijou esthétique.

Du côté du scénario, Mutafukaz raconte les aventures d’Angelino, de son colocataire Vinz, et d’un troisième larron, Willy, habitants de Dark Meat City, ville située dans un futur californien. Un accident de scooter, révèlera chez Angelino des super pouvoirs et sera l’élément déclencheur d’une histoire qui lui fera découvrir ses vraies origines. Comme tout bon héros, Angelino choisira la voie la plus difficile, celle de l’amitié et de l’humanité, face à des êtres dont le but est (forcément) d’asservir le monde. Un scénario déjà vu peut-être, mais traité ici avec originalité et laissant la place à de nombreux rebondissements qui tiendront le spectateur en haleine.

Grâce à Orelsan (Angelino) Gringe (Vinz) et Redouane Harjane (Willy), les personnages possèdent un supplément d’âme grâce à leur voix pour notre plus grand bonheur.

Allez donc voir, et vite, ce superbe film !

L.S.

Publié le 23/04/2018

Critiques de la communauté

Si vous souhaitez écrire une critique, vous devez d'abord vous identifier.